30/03/2004

Le soir, il était prévu d’aller faire un saut dans une s

Le soir, il était prévu d’aller faire un saut dans une soirée avec les gens de la villa. Mais avant ça, direction  Le Stanze pour un petit apéro entre belges ! Un sms des italiens de l’après-midi ravi les filles mais ça s’arrête là. On se balade ensuite jusque chez Stef pour un dernier verre. Cette dernière, Guido et Soph’ devant prendre le train tôt le lendemain matin se rendre à la giga-manif anti-guerre du lendemain à Rome[1] (j’y serai bien allé mais le jour de mon annif, bof !), décident de ne pas sortir. Les gens de la villa s’étaient répartis dans deux voitures dont l’une devait venir nous prendre chez Stef’. Quand ils arrivent notre verre n’est pas fini et puis il était minuit , ce qui veut dire qu'on était le vingt, jour de mon anniversaire. On les invite donc à monter. Il y a trois portugais (Manuel, Maffi et Clara) et un Irlandais (William,  j’aurai sûrement l’occasion de vous en reparler…) . Stef’, dont le père est portugais et qui est partie Erasmus à Porto, était ravie de pouvoir pratiquer un peu. Au bout des quelques questions bateau, elle se rend compte que Maffi est originaire du même petit village portugais que son père. Un charmant bled d’une cinquantaine d’âmes d’après ce que j’ai pu suivre et où l’une comme l’autre on passé de nombreuses vacances. Elles avaient des connaissances en commun et Maffi semblerait bien connaître la sœur de Stef’. « Que le monde est petit ! ». Quelques photos plus tard, on était toujours chez Stef’… On a fini par se mettre en route vers 2h. Quand on est arrivé à la soirée, les gens étaient fins saouls et la soirée touchait à sa fin. On a donc décidé de laisser tomber et de remettre ça au lendemain. Et puis Sarah comme moi, on étaient un peu naze avec tous ces voyages… On a quand même du tenir encore un peu le coup parce que tous le monde est venu taper la discut’ dans ma chambre jusque cinq heure du mat’. Je peux vous dire qu’après tout ça on s’est laissé dormir et qu’on se l’est pris cool le lendemain.

03:13 Écrit par Ciao | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Vendredi matin je me levais difficilement pour aller à la g

Vendredi matin je me levais difficilement pour aller à la gare (back to the station !) chercher Sarah qui débarquait me rendre visite quelques jours à l’occasion de mon anniversaire. J’étais évidemment un peu en retard mais bon, les filles avaient faits bon voyage et m’attendaient en compagnie de Stef’ et Guido. Je dis les filles parce que Sarah était accompagnée de Sophie, sa copine du barreau qui est aussi la meilleure amie de Stef’[1].

 

Après avoir déposé, chez  Stef, les sacs de ces deux jeunes filles ont leur a fait faire la visite de notre charmante cité. Je commence à connaître, c’est toujours un peu le même parcours, mais je ne m’en lasse pas. Ceci dit, j’ai quand même du me taper les (plus de) 500 marches de la torre degli asinelli…Avis aux prochains visiteurs, ça commence à suffire !

 

Lors de notre petite visite, on passe devant la fac de droit, on décide d’y emmener les deux juristes en herbe car c’est quand même un superbe bâtiments. Et là, après deux minutes voilà que quelques  italiens tirés à quatre épingles se ruent sur les filles pour leur offrir un verre de sangria . Ils fêtaient la fin de leurs études Les deux juristes en herbe :  « t’as vu les yeux qu’il a celui là ? » , « et l’autre là, pas mal non plus » s’en suit une petite papote bon enfant où chacun explique ce qu’il fait pendant que je sirote ma sangria et dicute un peu en italien avec l’un d’entre eux. Ils finissent nous inviter à une soirée le soir même et une autre le lendemain.

Je ressors de la Fac de droit accompagné de trois filles avec un sourire jusqu’au oreilles !
Photo à suivre...

[1] Stef’ qui m’a hébergé lors de ma première semaine à Bologne.







03:09 Écrit par Ciao | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

CHAPITRE 3 : On the road again…

Cette fois me voilà en route pour une long voyage. Parti vers 16h de Grenoble, je n’arriverai à Bologne qu’à une heure du mat’ ! Par contre deux bonnes surprises m’attendaient de nouveaux.

D’abord lors du changement de train à Turin, où j’avais une heure de battement et devais changer de gare. Heureusement, Simoné, qui a été vachement attentif sur ce coup là, m’envoie un message le matin même en me proposant de passer me chercher à la  stazione Porta Nova pour m’emmener à la stazione Porta Suza. Re-petit tour en scooter dans les rues de Turin… Puis on a partagé une pizza et une bière sur le quai (tient ça commence à faire beaucoup de quais !)

 

Par chance, entre Turin et Bologne, c’était un de ces vieux trains avec des cabines séparées, vous voyez ce que je veux dire, avec ces longs couloirs étroits comme dans les vieux films français. Enfin soit, toujours est-il que j’ai réussi à me trouver une cabine vide pour moi tout seul, si si ! J’ai pu m’étendre tranquille en travers de trois places. Ainsi installé, j’ai roupillé pendant deux bonnes heures avant d’être envahis par deux italiens bruyants.

 La deuxième surprise m’attendait à la gare de Bologne, où Manuel et Maffi étaient venus me chercher en bagnole pour m’emmener directement à une soirée espagnole avec toutes les spanish girls de la villa !       


03:02 Écrit par Ciao | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

CHAPITRE 2 : Arrivée à la montagne…

Après avoir lu près de deux cents pages de mon bouquin et près de la moitié des articles du Première de février, j’arrivais enfin à Grenoble. Quentin (le frère d’Elo) et Valérie (sa copine) m’attendais à la gare. Elo arrivait quelques vingt minutes plus tard. Malgré l’attentat de Madrid et le plan vigi-pirate , pas le moindre contrôle ! Deux heures et quelques bouchons plus tard, nous arrivions enfin à l’Alpe d’Huez. La neige était au rendez-vous.

..Le soir on était invité chez les parents d’Elo qui étaient dans l’immeuble voisin depuis quelques jours déjà et qui partaient quelques jours plus tard. Après tout ça une bonne nuit de sommeil bien méritée. Le lendemain : location du matos de ski, achat des forfaits et enfin les pistes !

Le ciel bleu et le grand soleil de ce premier jour nous suivrons pendant les quatre jours. Il faisait assez chaud, du coup, la neige dans le bas de la station avait tendance à fondre un peu et à se transformer en pape l’après midi, et comme il gelait la nuit, les mêmes pistes étaient verglacée le matin.  Nous avions donc pris l’habitude d’aller skier le matin sur le glacier (3300m d’altitude) où la bonne poudreuse résistait au soleil et de descendre progressivement dans le courant de l’après-midi. C’était la bonne formule. Si la neige était un peu lourde dans le bas, c’était tout à fait skiable et puis  skier en T-shirt c’est quand même gai ! Quatre jours de tout bon ski donc, d’autant qu’Elo ski aussi vite (et un peu mieux, il faut l’avouer) que moi donc on a pu vraiment profiter et faire un maximum de (hors) pistes.

Coté gamelles, un shouss mal géré, une chute à pleine vitesse et une glissade sur 30 mètres ! Pas de casse, mais spectaculaire et assez drôle ! J’ai aussi voulu faire le malin en hors pistes et tenter un jump depuis un p’tit rocher, j’ai fini enfoncé dans la poudreuse jusqu’à la taille-un quart d’heure pour retrouver mes skis… 

Autre petit bonheur et là, je sens que je vais faire des jaloux… Dans l’immeuble d’à-côté, il y avait une piscine chauffée… en plein air ! Bon on était pas tout à fait censé y aller (piscine d’une autre résidence que la nôtre) mais comme on nous a jamais rien demandé…Après une journée de ski, quel bonheur de faire quelques longueurs avec comme décor les montagnes enneigées. Y’avait aussi un sauna mais ça je suis un peu moins fan (on en a quand même bien profité) .

Nos soirées étaient rythmées par les bons p’tits plats que Quentin et Valérie avait préparés avant de partir et le Taboo qu’ils avaient eu la bonne idée d’emmener. Ceci dit vers après des journées entières sur les pistes, à 10, 11h on étaient tous claqué… On avait parfois honte d’aller se coucher si tôt mais ça nous a permis de bien profiter des pistes!

 

Jeudi matin, Elo et moi prenions la navette pour Grenoble. Nous avons passé nos dernières heures ensemble en visitant la ville qui s’avère très agréable. Et puis, c’est de nouveaux adieux déchirants sur le quai…

02:58 Écrit par Ciao | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Pour aller rejoindre Elo à l’Alpe d’Huez, le voyage se

Pour aller rejoindre Elo à l’Alpe d’Huez, le voyage se révélait assez long (7ou 8 h de train !) . Mais coup de bol ; pour se rendre à Grenoble (gare la plus proche), je devais prendre le train international à Turin. Ce qui me permettait de faire une halte chez Simoné.

J’étais déjà allez passer quelques jours chez Simoné l’an dernier et j’y avais été accueilli à bras ouvert. Cette fois encore, rien à redire ! Je prenais le train à Bologne vers midi pour arriver vers 17h à Turin. Simo est venu me chercher à a gare en scooter et après avoir assisté à une conférence en hommage à son grand-père[1], direction le centre du Turin où Simoné a emménagé depuis peu dans un superbe nouvel appartement. On a dîné tous ensemble avec Elisa, Simoné, Manuel son frère et un de leur pote. Au menu : pâtes aux artichauts (surprenant mais délicieux !), colomba di pasqua (gâteau de Pâques traditionnel italien) et Sambuca (une sorte de digestif à l’anis).

Après tout ça, on est allé se balader dans le centre et Bingo, y’avait une foire au chocolat ! J’ai un de ces pots parfois ! On a donc pu déguster quelques produits (dont une liqueur au chocolat, assez bizarre) et assister à un p’tit concert . On a fini autour d’une bière artisanale dans un p’tit bar charmant. Le lendemain, Simoné me réveillait en catastrophe parce qu’évidemment, moi après toutes ces bonnes choses je dormais comme un gros bébé joufflu ! J’ai eu mon train à temps grâce à l’aptitude de Simo à zigzaguer entre les klaxons !!



[1]  Norberto Bobbio, sénateur à vie italien, professeur de droit et philosophe engagé. Pour en savoir plus : http://www.lemonde.fr/web/article/0,1-0@2-3382,36-348728,0.html















02:46 Écrit par Ciao | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

25/03/2004

De la difficulté de se remettre à jour quand on a une semaine dans les dents...

Bon, y'a pas moyen! Voilà quelques jours que je dois vous raconter mes dernières aventures mes j'arrive pas à trouver le temps. J'ai toujours un brol à faire. Et pourtant, j'ai passé tant de bons moments ces deux dernières semaines. Entre ma visite à Turin, le ski avec Elo, la visite de Sarah, mon anniversaire, j'ai pas eu vraiment le temps de chômer... Du coup je ne sais pas par quel bout le prendre. Et pour ne rien arranger, alors que j'avais écrit un message sur ma charmante petite halte Turinoise et l'acceuil chaleureux que j'y avais reçu, voilà que ce bête serveur skynet me l'efface. Je recommence, et j'y ajoute une photo et bardaff' (oui, l'embardée...) il me le ré-efface (j'ai les nerfs!). Donc, voilà ne m'en veuillez pas mais je reporte toute ces petites hoistoire à ce We où, je l'espère j'aurais un peu plus le temps.
Je vous envoie quand même une petite photo du ski, juste pour le plaisir...

02:29 Écrit par Ciao | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

22/03/2004

Max et Mafalada

Max et Maffi. Pour l'anécdote, Max était "plein mort" (remarque, c'était pas le seul) et a dragué tout ce qui bougeait...



19:06 Écrit par Ciao | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |